Les 12 plus grandes addictions de notre génération

Les 12 plus grandes addictions de notre génération

1. La malbouffe

Véritable piège notamment chez les jeunes. L'appel du gras, du sucre, des additifs de la nourriture industrielle. Notre volonté fragile à beaucoup de mal à résister à la saveur d’un fast-food. Entre un mélange de légumes cuits à la vapeur et le goût alléchant de frites croustillantes accompagnées du meilleur burger de votre choix. Instinctivement, le processus de décision nous poussera fortement vers le burger sans sourciller.

Pourtant sur le long terme notre corps ne s’en porterait que mieux d’éviter toute cette nourriture industrielle et maxi transformée. Les légumes bio et de saison sont beaucoup plus éthiques. Il est difficile, voir impossible d’être rassasié de choux-fleurs. Les légumes nous rendent raisonnables.

2. Le sucre

Sans nous en rendre compte, nous en consommons chaque jour en grande quantité. Nous serions passés en 150 ans d’une consommation quasi-inexistante à 35 kilos par an en moyenne par habitant. Un bon nombre de nutritionnistes s’accordent même pour dire que la première étape à respecter pour perdre du poids n’est pas d’arrêter le gras, mais le sucre. 

Il y a également 12 sociétés de lobbying actives dans la filière sucre à Bruxelles qui dépensent en moyenne chaque année 21,3 millions d’euros pour promouvoir les intérêts de l’industrie du sucre. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais à partir de là pour moi, rien est clair.

3. Les smartphones 

Notre téléphone portable représente notre cordon ombilical au web. Comparé à nos aînés, nous serions apparemment de nos jours beaucoup plus drogués au mobile qu’aux vraies drogues et à l’alcool (même si ça y va toujours fort, nous en reparlerons un peu plus bas). Nous aurions également développé un sentiment de solitude bien plus présent qu’eux à leur époque.

Le mot nomophobie a également fait son apparition dans le dictionnaire. Il est défini par la peur et le sentiment de vide que nous pouvons éprouver au fait d’être séparé de notre téléphone. Ainsi que celle de louper une information.

Ne nous mentons pas, je suis certain que cela vous est déjà forcément arrivé d’avoir ce malaise émotionnel existentiel profond de se sentir totalement nu lorsque nous avons oublié notre téléphone quelque part, ou lorsqu’il est cassé, perdu, volé ou sans batterie.

4. Le matérialisme et ses achats compulsifs

La croissance jusqu’à exploiter la rocaille de mars s’il le faut ! Nous sommes mitraillés en permanence de publicité toujours de plus en plus subtile. Dans le but de nous pousser à acheter toujours plus de choses dont nous n’avons absolument pas besoin.

Aujourd’hui, l’objectif des entreprises est de traquer la moindre de nos actions pour cibler exactement ce dont nous sommes susceptibles d’acheter. D’exploiter la moindre de nos faiblesses psychologiques. Mais encore plus surprenant certaines n’hésitent pas à diffuser des odeurs, des ondes sonores et modifier la chimie de leurs produits. Tout ceci dans le but de les rendre plus addictifs afin de booster leurs ventes.

Toutes ces influences et manipulations couplées au mimétisme et à la pression sociale ne nous laissent quasiment aucune chance. Nous devenons comme des enfants auxquels la douce odeur des frites du Macdo vient gentiment chatouiller les narines. Ils vous donnent grave envie !

Nous voulons être beaux et stylés. Avoir une belle voiture, une belle maison, une belle montre, le dernier téléphone, l'objet fétiche qui vous fera perdre 20 kilos en 3 jours, un corps parfait... Pour preuve, je trouve que nous sommes nombreux à avoir au final une vision très matérialiste de la vie. À tel point que nous traitons de plus en plus les êtres vivants comme des marchandises. 

5. L’univers des jeux vidéo 

La consommation d’heures de jeu est phénoménale. On estime que 2,5 milliards de personne sur terre joueraient aux jeux vidéo. Sans pour autant y être tous de grands addicts, mais reconnaissons que cela fait un bon paquet de personnes !

Le nombre de joueurs aurait été multiplié par 2 en 10 ans ! Selon une enquête en ligne TNS Sofres une entreprise de sondages français. 71,2 % des Français joueraient aux jeux vidéo.

13 ans, c'est l’âge moyen l’on passe en le plus de temps à jouer aux jeux. Soit un peu plus d’un mois complet par an à jouer.

La motivation première du jeu serait le divertissement. La deuxième, de passer le temps. Et le reste, de stimuler la créativité, la convivialité, de s’épanouir, d’améliorer ses performances...

6. La cybersexualité

Le sexe. Quel sujet ! Le plus incroyable de tous à mon goût. L’industrie du porno brasse des milliards chaque année. En quelques chiffres : 

  • 12% des sites internet sont des sites pornographiques.
  • 25% des recherches mondiales concernent la pornographie.
  • 1/3 des visiteurs sont des femmes.
  • Chaque seconde dans le monde environ 28.000 personnes consomme du contenu interdit au moins de 18 ans 

Pornhub à lui seul est un monstre à trafic. En 2018, il a accueilli à bras ouvert 33,5 milliards de visiteurs. Soit 5 milliards de plus que l’année précédente. En moyenne, le site reçoit environ 90 millions de visites par jour ! Le temps moyen que nous passons sur le site est de 10 minutes. Après ça nous fermons la fenêtre avec dédain.

7. L’argent

Toujours plus. L’argent est le cœur de notre système. Jamais assez sur notre compte en banque, nous en avons l’image qu’il nous rendra heureux comme jamais. Il est limite la seule valeur acceptable de motivation de notre société. Chaque action doit rapporter.

Certaines personnes m’ont demandées pour la création de ce blog pourquoi je le faisais si je ne gagnais pas d'argent. Nous devons même justifier par l’argent. C’est viable que si c’est rentable. Dès l'école primaire, nous commençons déjà à comprendre que la place de l'argent dans nos vies va être très importante. Et si par la suite nous ne savons pas trop quoi faire comme métier nous choisissons de suivre la tendance des salaires les plus confortables. 

8. Les réseaux sociaux

Accros aux petits pouces. La dopamine que nous procurent les likes est fascinante. Sur les réseaux, c'est cool, nous existons, les gens nous aiment et nous approuvent. À l’heure où j’écris cet article, le hashtag #like4like sur Instagram comptabilise 413 millions de publications, 455 millions pour #follow, 313 millions pour #instalike et j’en passe ! Est-ce absurde ? Je ne sais pas, mais j'avoue aimer ça...

La curiosité maladive de voir qui nous a laissé une petite notification, un message, une demande d’amis, un commentaire sur notre dernière publication ou de nous mentionner sur le dernier truc à la mode.

Ils ont changé complètement notre manière d’interagir. J’ai parfois même l’impression que face à toute cette connexion nous avons limite la flemme de se répondre.

Nombres d'utilisateurs en 2018 :

  • Facebook : 2,2 milliards d'utilisateurs
  • WhatsApp : 1,5 milliard
  • instagram :1 milliard
  • Tumblr : 794 millions
  • Twitter : 335 millions
  • Linkedin : 260 millions
  • Snapchat : 255 millions
  • Pinterest : 200 millions

9. La consommation de contenu audiovisuel

Bien que nous pourrions penser que la télé à notre époque soit délaissée. Celle-ci est toujours autant consommée par les petits yeux. Les Français la regarderaient en moyenne 2 mois complets par an.

De pair avec l’addiction à Internet. Nous explosons d’année en année les chiffres au compteur de la consommation de contenu vidéo en ligne. Netflix, vidéo Facebook, Instagram, YouTube, replay, plateformes de formations...

Netflix à lui seul comptabilise 1 milliard d’heures de vidéos visionnées par semaine. YouTube plus d’un milliard par jour ! Sacrées performances non ? Et ça ne fait qu’augmenter. 

10. La cigarette

Grand classique indémodable. Malgré que les paquets soient placardés avec des images d’organes juteux, cela ne nous empêche pas de fumer. Selon les chiffres venus tout droit de planetoscope.fr : 

  • 34% des Français fument. Chaque seconde en France plus de 1700 cigarettes sont grillées, soit 68,06 milliards de cigarettes vendues et grillées chaque année. Au total environ 11 milliards de cigarettes fumées sur terre par jour.
  • Le tabac serait à lui seul responsable de 5% de la déforestation, par le bois qu’il nécessite pour le séchage.
  • La fumée d’une cigarette pollue autant que 10 voitures diesel tournant au ralenti pendant 30 minutes

11. Le cannabis

Je ne sais pas pour vous, mais rien que l'odeur de la feuille est super agréable à renifler. Consommer du cannabis a de nombreux effets sur la perception, les pensées et l'humeur. De façon générale, fumer du cannabis provoque une légère euphorie souvent accompagnée d’un sentiment de détente. Certaines personnes se sentent plus à l’aise socialement, plus désinhibées.

Le cannabis arrive en tête des drogues avec 5 millions d'usagers par an. Son marché atteint une consommation annuelle d’environ 154 tonnes pour un chiffre d’affaires de 1,12 milliard d’euros. Il représenterait la moitié de l’ensemble des drogues illicites en France.

12. L'alcool

63% des Français sont des leveurs de coude (moi y compris). D'après une étude de www.ofdt.fr (observatoire français des drogues et des toxicomanies) la consommation moyenne d'alcool sur une tranche d'âge de 11 à 75 ans représenterait environ 43 millions de personnes. Avec 11,7 litres d’alcool pur consommé par habitant chaque année.

L’alcool a les mêmes effets que l’ocytocine, l’hormone de l’amour et de la confiance. Difficile de nous en passer. Dans ce quotidien stressant, il nous transmet comme effet secondaire le contrôle du stress, de l’anxiété, l'aisance sociale… Il nous arrive même quelques fois de rouler des galoches aux inconnus après avoir sifflé quelques verres.

Commentaires


L'inspi de la semaine

Tous les problèmes des individus proviennent d'une disharmonie avec leur milieu. Nous modifions sans cesse notre environnement qui en retour définit qui nous sommes et ce que nous devons faire.

Inscrivez-vous à la newsletter Quanteek